Simone Gbagbo bientôt de retour devant les Assises en Côte d’Ivoire?

Simone Gbagbo bientôt de retour devant les Assises en Côte d’Ivoire?

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son bras droit Charles Blé Goudé sont actuellement poursuivis devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes contre l’humanité présumés, commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011. La grande absente du procès, c’est Simone Gbagbo, l’épouse de l’ancien chef d’Etat, recherchée par la CPI pour son implication présumée dans les mêmes crimes. Mais la Côte d’Ivoire a préféré juger elle-même l’ex-première dame. Condamnée à vingt ans de prison, il y a un an jour pour jour, elle pourrait bientôt être poursuivie pour crimes de sang devant la cour d’assises.
Quand le verdict tombe il y a un an, le 10 mars 2015, c’est la surprise. Le parquet avait requis dix ans de prison. Le jury condamne Simone Gbagbo à vingt ans ferme et dix ans de privation de droits civiques, pour plusieurs chefs d’accusation, dont atteinte à la sûreté de l’Etat, pour son implication dans la crise post-électorale. Les jurés ont donc estimé que, loin de se cantonner à un rôle honorifique, la première dame était une pièce maitresse du pouvoir Gbagbo.
Ancienne syndicaliste, co-fondatrice du FPI et longtemps députée de la commune d’Abobo, Simone Gbagbo s’est elle-même toujours investie en politique. Celle qu’on surnommait « La dame de fer » n’hésitait pas à se prononcer sur des décisions d’Etat quand son mari était au pouvoir, quitte parfois à le mettre en porte à faux. C’est le cas par exemple en 2008, lorsqu’elle explique qu’il faut revoir l’accord de Ouagadougou, signé tout juste un an plus tôt, entre le président Laurent Gbagbo et Guillaume Soro pour les Forces nouvelles.
« Les solutions qui ont été trouvées par les accords de Ouagadougou sont des solutions qui sont onéreuses. Il faut que nous acceptions de revisiter ces accords de Ouagadougou. Si nous acceptons dès maintenant de nous asseoir, de revenir à des considérations beaucoup plus réalistes, en tenant compte des capacités réelles de notre Etat, à ce moment-là, nous allons trouver des solutions », déclare-t-elle alors.
Un premier procès critiqué
Le procès qui a abouti à sa condamnation le 10 mars 2015 a essuyé de nombreuses critiques. A l’énoncé du verdict, la défense de Simone Gbagbo a accusé la justice ivoirienne de ne pas être impartiale. « Vingt ans, si ça repose sur des faits, sur des preuves, nous pouvons l’accepter. Mais ça a été fait à la tête du client. Si nous sommes abattus, ce n’est pas parce que ce sont des condamnations de vingt ans, c’est parce que le droit n’a pas été dit », a déploré Me Mathurin Dirabou, l’un des avocats de l’ex-première dame.
De son côté, l’ONG Human Rights Watch a dénoncé un procès « inéquitable », mais aussi « insuffisant », puisqu’il n’abordait que des crimes contre l’Etat et non contre des personnes. Juger Simone Gbagbo pour crimes de sang, c’est ce que cherche à faire la Cour pénale internationale. En 2012, un mandat d’arrêt a été lancé contre elle pour les mêmes crimes que ceux pour lesquels Laurent Gbabgo et Charles Blé Goudé sont actuellement jugés.
« Madame Gbagbo, selon nous, est l’un des co-auteurs indirects responsables des crimes contre l’humanité qui ont été commis, au même titre que M. Laurent Gbagbo et M. Charles Blé Goudé, même dans la mise en œuvre et dans les détails il y a des nuances », souligne Pascal Turlan, conseiller au bureau du procureur de la CPI. « Madame Gbagbo, comme cela a été expliqué dans le mandat d’arrêt, était impliquée dans l’adoption du plan commun qui a mené à la commission des crimes ; elle avait évidemment conscience que la mise en œuvre de ce plan aboutirait à la commission des crimes; et elle a elle-même contribué à cette mise en œuvre. Elle a discuté de la mise en œuvre de ce plan, elle en a assuré la coordination, elle a joué un rôle dans le recrutement, dans l’instruction des membres de la galaxie patriotique, dans leur intégration au sein des forces de défense et de sécurité. Elle a exercé, selon nous, un contrôle sur les crimes, elle avait le pouvoir de contrôler les milices de jeunes, elle a donné les faits des instructions, donc voilà un certain nombre d’éléments qui expliquent sa responsabilité dans les crimes pour lesquels nous souhaitons la poursuivre », explique-t-il.
Refus de transfèrement à la CPI
Mais malgré les demandes répétées de la CPI, la Côte d’Ivoire refuse jusqu’à présent de transférer Simone Gbagbo. Pour Abidjan, la CPI n’a pas à se substituer à la justice ivoirienne qui a prouvé, avec le procès de l’an dernier, qu’elle faisait son travail. Ce n’est pas l’avis des victimes représentées au procès de La Haye, qui déplorent cette absence de l’ex-première dame sur le banc des accusés.
« Les victimes considèrent qu’il y a eu essentiellement trois grands responsables dans la crise post-électorale : M. Gbagbo, Mme Gagbo et M. Blé Goudé. Et donc elles se disent que le fait que Mme Gbagbo soit absente ne permettra pas de comprendre entièrement le rôle qu’elle a joué dans la crise post-électorale », souligne Paolina Massidda, représentante des victimes. « La deuxième chose c’est qu’elles considèrent que les évènements pour lesquels Simone Gbagbo a été jugée en Côte d’Ivoire ne sont pas les mêmes évènements de la crise post-électorale que ceux jugés par la CPI. Donc elles considèrent que la justice ivoirienne, de facto, n’a pas jugé Mme Gbagbo pour les évènements de la crise post-électorale, et elles craignent que cela ne puisse pas être fait pas la justice nationale. Donc de rester sans alternative quant au fait que la justice puisse être rendue ».
Un nouveau procès pour crimes de sang ?
Malgré ces craintes exposées par les victimes, la justice ivoirienne pourrait bien juger très prochainement Simone Gbagbo pour des crimes de sang. On l’a appris ce mercredi : la chambre d’accusation a rendu, en janvier, un arrêt pour son renvoi devant la cour d’assises, justement pour de tels crimes présumés commis pendant la crise post-électorale. Ses avocats se sont immédiatement pourvus en cassation. Ce sera donc à la Cour suprême de trancher, lors d’une session prévue le 17 mars prochain.

0 COMMENTAIRES

Laisser un Commentaire

Votre email ne sera pas publie sur le site. Les champs obligatoires sont signales par un *

Derniers commentaires

2018-02-17

Je me nomme corine âgée de 32 ans j'habite dans le 59139 wattignies . J'étais en relation avec mon homme il y a de cela 4 ans et tout allait bien entre nous deux puis à cause d'une autre femme il s'est séparé de moi depuis plus de 5 mois . J'avais pris par tout les moyens pour essayer de le récupéré mais hélas ! je n'ai fais que gaspiller mes sous.Mais par la grâce de dieu l'une de mes amies avait eut ce genre de problème et dont elle a eut satisfaction par le biais d'un ... nommé ishaou au premier abord lorsqu'elle m'avait parlé de ce puissant je croyais que c??était encore rien que des gaspillages et pour cela j'avais des doutes et ne savais m'engager ou pas. Mais au fur des jours vu ma situation elle insiste a ce que j'aille faire au moins la connaissance de ce puissant en question et c'est comme cela que je suis heureuse aujourd'hui en vous parlant.c'est à dire mon homme en question était revenu en une durée de 7jours tout en s'excusant et jusqu'à aujourd'hui et me suggéré a ce qu'on se marie le plus tot possible.je ne me plein même pas et nous nous aimons plus d'avantage. La bonne nouvelle est que actuellement je suis même enceinte de 2 mois. Sincèrement je n'arrive pas a y Croire a mes yeux qu'il existe encore des personnes aussi terrible , sérieux et honnête dans ce monde, et il me la ramené, c'est un miracle. Je ne sais pas de quelle magie il est doté mais tout s'est fait en moins d'une semaines.(pour tous vos petit problème de rupture amoureuses ou de divorce ,maladie ,la chance , les problèmes liés a votre personnes d'une manière, les maux de ventre, problème d'enfants, problème de blocage, attirance clientèle, problème du travail ou d'une autres) Vous pouvez le contacter sur: son adresse émail : maitreishaou@hotmail.com ou appelé le directement sur whatsapp numéro téléphone 00229 97 03 76 69 son site internet: www.grand-maitre-ishaou-13.webself.net

Lire
2018-02-16

Il est probable que certaines personnes soient confrontées à des situations très délicates et ne savent à quel sein se vouer car celles-ci perdent de l??argent ou parfois toutes leurs fortunes juste parce qu??elles ont faits confiance à des gens qui sont supposés leur rendre service via internet. Cette forme de délinquance orchestrée souvent par des réseaux bien organisés et qui opèrent depuis l??Afrique avec la complicité parfois de certaines personnes en Europe, devient de plus en plus fréquente et les victimes n??ont souvent pas gain de cause malgré les nombreuses plaintes déposées dans les brigades proches de leur localité de résidence. Cette situation a fait l??objet de la quatrième réunion du groupe de travail d'Interpol pour les chefs des unités de cyber crime en Afrique et ceux de l??Europe ; qui s??est tenue du 11 au 13 octobre 2017 au Receptorium de l'aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam à Plaine Magnien. Une soixantaine de chefs de service de lutte contre la cybercriminalité étaient présents. Lors de la réunion, l'accent a été mis sur le renforcement des capacités et une coopération accrue dans les enquêtes de cybercriminalité à travers le monde afin que les réseaux des cybers criminels soient dénichés pour que les victimes qui ont porté plainte avec des preuves soient remboursées. A cet effet, une plateforme a été créée pour l??échange d??informations et pour l??amélioration des stratégies d??intervention. Les Officiers de Police Judiciaire et les Enquêteurs Spécialisés ont été formés spécialement au niveau de chaque unité pour recevoir les plaintes et les traiter au cas par cas selon chaque victime. Plus de souci à vous faire, être victime n??est pas une fatalité, sortez de votre mutisme et soyez rassurés, tous ceux qui ont perdus de l??argent sur internet et qui détiennent encore des preuves pouvant permettre aux ES et aux O P J de faire l??enquête et de mettre la main sur ces délinquants pour que vous soyez remboursés peuvent déposer leur plainte à nos différentes adresses. Mails : contact_pslcc@europamel.net / contact_pslcc@africamel.net Contacts : +336 668 516 791 NB : Les Enquêteurs Spécialisés en cybercriminalité et les Officiers Judicaires de Police recevront vos différentes plaintes et vous aideront pour que vous soyez remboursés. Toutes plaintes qui ne seraient pas accompagnées des preuves qu??auraient demandées les ES et les OPJ ne seront pas traitées

Lire
2018-02-12

Salut chers internautes, Je suis Kelly VERNA, étudiante en BTS Assistant Manager à Saint-Etienne. Cette année, je dois effectuer un stage à l'étranger. J'ai donc décidé de partir à Malte avec 3 amis de ma classe. Nous avions trouvé un logement sur un groupe Facebook : "Français à Malte". Nous avions alors posté une annonce décrivant notre besoin de logement pour 2 mois : du 07 Mai au 11 Juillet 2017. Suite à cette annonce, nous avons été contacté par une femme s''intitulant "Lynn Michelle Tungate". Elle nous a proposé un logement à Malte, incluant des photos et vidéos. Suite à plusieurs échanges, nous avons signé un contrat qui est bien évidemment faux, malheureusement je l'ai remarqué trop tard. Suivant la procédure décrit dans le contrat, nous avons effectué un premier virement de 1000? pour la caution, le 02 Mars 2017. Puis nous devions en suite régler le premier mois de la location ; 1000?. Un de mes 3 amis a effectué un virement de 250? le 28 Mars 2017. Mes deux autres amis et moi-même devions effectuer chacune un virement de ce même montant. Soit 4 x 250? = 1000?. Mais nous avons découvert avant qu'il ne soit trop tard, que, cette femme dénommée Lynn Michelle Tungate s'avère être une arnaque vivante. Nous avons découvert par le biais d'une amie de ma classe, à qui elle propose le même logement sous une adresse postale différente à chaque fois. ?videmment, elle change de compte Facebook pour ne pas se faire remarquer. Nous avons 2 RIB de comptes bancaires différents, le premier virement était sous le nom de "Abdulhayyu Hamisu Lawal" étant dans une banque "Deutsch Bank" à Mannheim, Allemagne. Le deuxième virement, fait par mon ami, était sous le nom de "Lynn Michelle Tungate" dans la banque "Santander Consumer Bank" à Mannheim également. Pour arrêter cette saigné nous avions donc contacté un officier de police judiciaire qui nous a aidé à déposer une plainte au niveau de l??ORGANISATION INTERNATIONALE DE POLICE CRIMINELLE-INTERPOL. A notre grande surprise c??est un groupe d??escrocs dont certains sont en Afrique et d??autres en Europe et qui opèrent en synergie, mais grâce aux informations que nous détenons, ce réseau a été détecté et nous avons été remboursées. Nous ne sommes certainement pas ses premières victimes donc nous demandons à toute personne victime d??une quelconque arnaque sur internet de contacter cette Organisation pour que justice soit faite. Contacts téléphoniques : +336 0557 1478 / +229 6461 8125 Email : oipc_interpol@hotmail.com / oipc_interpol15@yahoo.com Merci pour votre lecture,

Lire
2018-02-09

Désormais, la communauté européenne propose aux personnes "victime d'arnaque sur Internet " un point de contact central : le SCOCI - Service national de coordination de la lutte contre la criminalité sur Internet. Créé sur l'initiative du Département fédéral de justice et police (DFJP) et de la Conférence des chefs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP), le SCOCI fait partie de l'Office fédéral de la police (fedpol.ch). N??ayez aucune honte ! Le piège qui s??est refermé sur vous était inévitable certainement à cause de vos failles. Il n??y a pas de honte à en avoir. Avec notre service, travaillez cela, travaillez la confiance et l??estime de vous-même et revivez car avec votre collaboration et notre expertise le service transmettra les dossiers 'cybercrime' aux autorités "de poursuite pénale" compétentes en Suisse, France et à l'étranger afin que ces escrocs puissent être mis aux arrêts et répondre de leur forfait devant les juridictions compétentes. E-mails: contact.scoci@europamel.net / contact.scoci@gmail.com ATTENTION : Signalez à SCOCI si vous avez déjà été victime d'une arnaque ou d'un abus sur internet et perdu de grosse somme d??argent. Des spécialistes se chargeront de vérifier vos informations et prendront ?? le cas échéant ?? les mesures nécessaires. Suivant le cas, ils vous redirigeront vers les autorités compétentes.

Lire

OPINION