CAN 2023 : la candidature guinéenne en danger !

CAN 2023 : la candidature guinéenne en danger !

Philip Chiyangwa, président du Conseil des associations de football en Afrique australe (Cosafa) et figure montante du foot africain, veut remettre en cause l’attribution des trois prochaines Coupes d’Afrique des nations. Si le Cameroun (2019) et la Côte d’Ivoire (2021) ne devraient pas être trop inquiétés, la Guinée a en revanche du souci à se faire pour sa CAN 2023. Explications.
La CAN 2023 aura-t-elle lieu en Guinée, comme cela a été décidé en septembre 2014 par la Confédération africaine de football (CAF) ? A l’heure actuelle, rien ne permet de dire que la 34e phase finale de Coupe d’Afrique des nations se déroulera ailleurs.
D’autant qu’un stade est déjà quasiment prêt et que les autorités locales travaillent depuis septembre 2016 à la construction de ceux de Kankan, Labé et Nzérékoré. Le président du pays, Alpha Condé, a par ailleurs signé un décret sur la création du Comité d’organisation, en octobre 2016.
Mais les récentes critiques du président du Conseil des associations de football en Afrique australe (Cosafa), qui a envoyé un courrier à la CAF au sujet des pays hôtes des trois prochaines CAN, ont de quoi inquiéter les Guinéens. Voici pourquoi.
Parce que le patron du Cosafa est un des nouveaux hommes forts du foot africain
Philip Chiyangwa, président de la Fédération zimbabwéenne (ZIFA) depuis décembre 2015 et du Cosafa depuis décembre 2016, est la figure montante du foot africain. Ce riche homme d’affaires a grandement contribué à faire élire Ahmad, à la présidence de la CAF.
Le Zimbabwéen, qui n’a pas sa langue dans sa poche, a frontalement défié le prédécesseur d’Ahmad, le Camerounais Issa Hayatou. Philip Chiyangwa ne cesse de répéter qu’il ne reculera devant rien pour défendre les intérêts du foot austral. Y compris en attaquant l’attribution des Coupes d’Afrique des nations 2019, 2021 et 2023, au Cameroun, à la Côte d’Ivoire et à la Guinée. « Elles ont été attribuées de manière brutale et politique au bénéfice d’une région », a-t-il lâché lors d’une conférence de presse du Cosafa, en Afrique du Sud, le 7 avril 2017.
Parce que le président de la CAF n’a pas contredit le patron du Cosafa
Le nouveau président de la CAF, Ahmad, était présent lorsque Philip Chiyangwa a mis en cause la manière dont les CAN 2019, 2021 et 2023 ont été attribuées. Le Malgache n’a pas contredit son collègue et soutien. Il a au contraire tenu des propos en anglais potentiellement lourds de sens, en préambule de la conférence de presse. « Even if I am the president of CAF, I am a Cosafa member first. » L’usage du « first » peut signifier qu’Ahmad rappelle l’antériorité de son appartenance au Cosafa. Ou qu’il se considère avant toute chose comme un membre de cette association…
Parce qu’il est sans doute trop tard pour revenir sur les CAN 2019 et 2021, mais pas sur 2023
La CAF se tirerait une balle dans le pied en retirant la CAN 2019 au Cameroun. La phase finale a en effet lieu dans moins de deux ans. Le pays a en outre organisé avec brio la CAN féminine 2016 et son équipe nationale masculine a remporté la CAN 2017 au Gabon.
Quant à la Côte d’Ivoire, dont l’équipe a gagné la CAN 2015, son économie affiche de bons résultats en termes de croissance notamment. Le pays, qui a organisé l’Afrobasket 2015 avec succès et qui s’apprête à accueillir les Jeux de la francophonie 2017, semble avoir les atouts nécessaires pour l’organisation de grandes compétitions.
Reste donc la Guinée dont la désignation pour la CAN 2023 semble plus fragile.
Parce que la désignation de la Guinée semble plus discutable au regard des statuts et règlements de la CAF
Candidate malheureuse pour 2019 et 2021, la Guinée s’est vue offrir l’édition 2023, à la surprise générale, en septembre 2014. Il n’avait en effet jamais été question de trouver la nation-hôte de cette 34e édition. S’il est vrai que le Comité exécutif « est l’autorité suprême pour toutes les questions relatives aux compétitions de la CAF » (article 23, alinéa 11 des Statuts et règlements de la CAF), qu’il « détermine le lieu et les dates du tournoi final des compétitions de la CAF » (article 23, alinéa 17), que ses décisions « ont force exécutoire, avec effet immédiat » (article 22, alinéa 20), le choix fait en septembre 2014 ne semble pas totalement en adéquation avec les textes de l’institution à l’époque et ceux d’aujourd’hui.
Dans le chapitre consacré aux « candidatures pour l’organisation des phases finales et désignation des pays hôte » – dont les principaux articles n’ont pas été amendés ces dernières années – il est stipulé que le « Comité exécutif désignera le pays hôte six ans avant la date prévue pour » la tenue de la CAN (article 28). Pas six ans au plus tôt ou au plus tard. Or, la Guinée a été désignée neuf années à l’avance, sans appel à candidature pour la CAN 2023. L’article 39 est là aussi très clair : le Comité exécutif désignera […] le ou les pays hôte(s) chargé(s) de l’organisation de l’édition « pour laquelle ils s’étaient portés candidats ». Enfin, l’article 32 prévoit qu’un candidat doit avoir organisé la phase finale d’au moins une des compétitions internationales de la CAF. La Guinée, elle, a accueilli une CAN des moins de 17 ans. Mais c’était en 1999.
Parce que le Comité exécutif a les moyens de retirer la CAN 2023 à la Guinée
Reste LA question : si tel était son désir, le Comité exécutif aurait-il les moyens de faire machine arrière ? « En cas de violation des règles prescrites ou de manquements des engagements souscrits, la CAF est en droit de retirer en tout temps et avec effet immédiat l’organisation de la compétition au(x) pays hôte(s) », souligne les Règlements d’application (article 41). L’article 62 des Statuts, plus vague et plus général, souligne aussi que « tous les cas non prévus […] ou les cas de force majeure seront tranchés par le Comité exécutif » (alinéa 1).
Si le Cosafa n’a pas les compétences nécessaires pour mettre le sujet sur la table (article 14 des Statuts), l’un de ses membres au Comité exécutif (Kalusha Bwalya, Danny Jordaan, Rui Eduardo Da Costa) peut faire inscrire la question à l’ordre du jour d’une prochaine séance (article 23, alinéa 4). En dernier ressort, un des pays membres du Cosafa peut saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS).
Parce que la CAN 2023 pose toujours un problème de calendrier avec la Coupe du monde 2022
Dernier point, les autorités guinéennes souhaitent toujours que la CAN 2023 ait lieu en janvier/février. Soit un ou deux mois seulement après la fin de la Coupe du monde 2022 au Qatar, prévue du 21 novembre au 18 décembre… En février 2015, la Fédération internationale de football (FIFA) avait réclamé que la Coupe d’Afrique soit repoussée en juin. Une demande alors rejetée par la Guinée, pour cause de pluie abondante à cette période.
La CAF va engager une vaste réflexion sur le format et la périodicité de la Coupe d’Afrique des nations. Il n’est pas à exclure que la CAN 2023 en Guinée en subisse les conséquences. Aussi injustes soit-elles…

0 COMMENTAIRES

Laisser un Commentaire

Votre email ne sera pas publie sur le site. Les champs obligatoires sont signales par un *

Derniers commentaires

2018-01-18

Il nous a Ă©tĂ© donnĂ© de constater la recrudescence de nombreuses attaques ciblant les particuliers mais aussi les entreprises et les administrations. Elles visent Ă  obtenir des informations personnelles afin de les exploiter pour arnaquer, portant prĂ©judices aux internautes. Internet est un espace de libertĂ© oĂą chacun peut communiquer et s'Ă©panouir. Les droits de tous doivent y ĂŞtre respectĂ©s, pour que la « toile » reste un espace d'Ă©changes et de respect. Pour remĂ©dier Ă  ces pratiques malsaines, lâ??Office central de lutte contre la criminalitĂ© liĂ©e aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC) et la Brigade dâ??enquĂŞtes sur les fraudes aux technologies de lâ??information (BEFTI) crĂ©Ă©s par les pouvoirs publics sont Ă  la disposition des populations victimes de toutes les formes de criminalitĂ© sur internet. Une vaste campagne dâ??arrestation des escrocs est initiĂ©e par les services compĂ©tents au dĂ©but de cette nouvelle annĂ©e afin que les victimes soient remboursĂ©es. Alors nous exhortons toutes les victimes de diffĂ©rentes sortes dâ??arnaque qui ont des preuves probantes Ă  nous contacter pour dĂ©poser plainte. Une seule adresse pour signaler que vous ĂŞtes victimes dâ??une arnaque. ADRESSE MAIL : oclcticbefti@cyberservices.com

Lire
2018-01-18

Bonjour ou bonsoir cela dĂ©pend de lâ??heure Ă  laquelle vous me lisez, je me nomme Mireille BALLESTRAZZI dâ??obĂ©dience catholique nĂ©e le 26 Octobre 1958 d'origine Française. Je vous contacte sur ce forum parce que je dĂ©sire faire une chose très importante. Cela vous semblera un peu suspect parce que vous ne me connaissez pas et que je ne vous connais pas. Je souffre d'un cancer du cerveau qui est Ă  une phase terminale, mon Docteur vient de m'informer que mes jours sont dĂ©sormais comptĂ©s Ă  cause de mon Ă©tat de santĂ© grabataire. Les analyses et scanners ont rĂ©vĂ©lĂ©s une sorte de boule qui se trouve actuellement dans ma cage cĂ©rĂ©brale. Câ??est un mal que je traine depuis plus de 4 ans. Je suis veuve et je n'ai pas eu d'enfant. Je prĂ©vois faire une donation de tous mes biens. J'ai vendu dĂ©jĂ  tous ces biens ainsi la compagnie d'exportation de bois basĂ©e en Afrique prĂ©cisĂ©ment au Gabon que jâ??ai hĂ©ritĂ© de mon mari après son dĂ©cès. Suite une longue rĂ©flexion jâ??ai donc dĂ©cidĂ© de mettre cet argent Ă  la disposition des associations distinctes, des centres d'aides aux orphelins et des enfants de la rue. Je veux ĂŞtre utile Ă  quelque chose avant de mourir. Que toute personne de bonne moralitĂ© et ayant la crainte de Dieu et dĂ©sireuse de mâ??aider Ă  rĂ©aliser ce projet me contacte Ă  mon adresse mail. Je dispose actuellement sur un compte OFFSHORE une somme de 1.350.000,00 â?¬ que je mettrai Ă  la disposition de cette personne sans rien demandĂ© en Ă©change afin que cette dernière puisse rĂ©aliser le rĂŞve de ma vie. Je souffre Ă©normĂ©ment et j'ai très peur, je n'arrive pas Ă  dormir la nuit comme le jour puisque je ne veux pas mourir sans avoir aidĂ© les enfants que jâ??ai tant voulu avoir dans ma vie. Veuillez bien vouloir me contacter directement dès que possible e Ă  mon courrier Ă©lectronique qui est ballestrazzi_mireille@yahoo.com puisque c'est ce courrier Ă©lectronique que je consulte en gĂ©nĂ©ral. Que la Paix et la misĂ©ricorde de Dieu soient avec vous. Aidez-moi et vous serez comblĂ©s Mme Mireille BALLESTRAZZI courrier Ă©lectronique : ballestrazzi_mireille@yahoo.com

Lire
2018-01-18

Chers victimes de diffĂ©rentes sortes dâ??arnaque, La lutte contre la cybercriminalitĂ© constitue un enjeu juridique et Ă©conomique considĂ©rable pour la RĂ©publique Française. Le dĂ©veloppement des nouvelles technologies et la rĂ©volution numĂ©rique nâ??ont fait quâ??accentuer ce risque auquel les paisibles citoyens sont dĂ©sormais confrontĂ©s. Le montant des prĂ©judices causĂ©s par ces diffĂ©rentes sortes dâ??arnaque a explosĂ© ces dernières annĂ©es et proviennent de lâ??Afrique en gĂ©nĂ©ral. Nous avons constatĂ© que les potentielles victimes de cette dĂ©linquance sont pour la plus part les internautes et les entreprises. Dès lors, une seule politique globale de cyber sĂ©curitĂ© permettrait de sensibiliser les victimes au phĂ©nomène de cybercriminalitĂ© et dâ??y apporter une rĂ©ponse non seulement technique mais Ă©galement juridique. La Direction Centrale de la Police Judiciaires (DCPJ) dispose dĂ©sormais de la Brigade Centrale de RĂ©pression de la cybercriminalitĂ© Informatique (BCRCI) pour les enquĂŞtes Ă  caractère national ou international. Pour ĂŞtre plus efficace une base a Ă©tĂ© installĂ© en Afrique pour accĂ©lĂ©rer les enquĂŞtes et dĂ©nicher les nids de ces hors la loi et leur appliquĂ© la dernière rigueur de la loi afin les victimes soient remboursĂ©es. La (BCRCI) invite toutes les victimes dĂ©tenant des preuves Ă  venir porter plainte afin que justice soit rendue Adresse mail : bcrci@email.com / bcrci@francemel.fr / bcrci@hotmail.com

Lire
2018-01-17

AVIS TRES IMPORTANT AUX PERSONNES VICTIMES Dâ??ARNAQUE SUR INTERNET Vu les nombreuses plaintes sur les forums et tĂ©moignages des victimes d'arnaques, nous constatons que ces derniers temps, il y a des victimes tous les jours et nous sommes sĂ»r que dâ??autres se font avoir et ne disent rien par honte. Il faut absolument que toutes les victimes dâ??arnaques sur internet portent plainte. En ligne, cela ne prend que 5 minutes et la confirmation de la police Interpol nâ??est pas compliquĂ©e.IL FAUT LE FAIREâ?¦ E-mail : servicepolice_interpol@hotmail.com Bien sĂ»re nous seront Ă  lâ??Ă©coute pour des solutions adĂ©quates. Bon courage.

Lire

OPINION